Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 02:03
 

Dans un premier temps on a entendu M. Belaval, enquêteur du SRPJ qui a expliqué comment il avait travaillé et qui a confimé qu'il avait travaillé sans axe privilégié.

Puis il s'est agi de faire le point sur la cohérence entre les témoignages et la thèse de l'accusation. Et pour cela 2 exposés: M. van Shaendel (expert officiel) et M. Domenech (employé de la société Total).

 

Sur le fond

 

L'argumentation de M. Domenech a l'air logique et elle a été beaucoup mieux présentée que celle de M.van Shaendel qui n'est pas le meilleur pédagogue et dont le raisonnement semble aussi logique. Ils avaient tous les deux une présentation à l'ordinateur mais celle de M. Domenech était bien plus illustrée d'images...

En l'état actuel je suis incapable de pencher pour l'un ou pour l'autre, ayant répéré des 2 côtés, en plus de la solide assise logique, une double faille méthodologique commune: 1) prendre dans un témoignage ce qui est cohérent avec ce qu'on soutient et laisser dans l'ombre ce qui gêne. (C'est sans doute le «lit de Procuste» dont parle Soulez larivière.) 2) Ne pas analyser tous les témoignages, mais ne s'intéresser qu'à quelques uns.

On peut reconnaître à M. Domenech qu'il laisse moins de choses dans l'ombre que M. Van Shaendel, et que son argumentation est plus construite, contient plus de raisonnements logiques, elle est donc plus accessible. Elle est aussi plus séduisante puisqu'elle fait appel à notre compréhension. Mais en contre-partie, M. Domenech ne se fatigue pas à tenter une thèse d'explication cohérente et globale de l'évènement du 21 septembre ! Et avec les résultats de son examen des témoignages, on ne voit vraiment pas comment il pourrait ébaucher la moindre début d'explication globale. Car en effet ce n'est pas le tout de dire à M. Van Shaendel que l'illumination du toit du 221 n'a pas produit le phénomène lumineux que les témoins nomment flash, boule de feu, éclair etc...Il lui faut aussi expliquer comment les différents éclairs des témoins venus d'Est, d'ouest, du haut, de près, de loin, et d'ailleurs, les boules de feu et les explosions préalables à la SNPE ont réussi à faire sauter le 221 en ne produisant en tout et pour tout que 0, 1 ou 2 explosions et cela à toutes les distances. Car en effet, s'il n'y a pas d'onde sismique, il faut que M. Domenech trouve une explication qui fait que le nombre d'explosion est soit zéro, soit un, soit deux. Puisque seuls ces trois nombres d'explosions sont évoqués par les témoins.

 

Pour résumer, M. Domenech démonte efficacement la thèse de M.van Shaendel, mais il est bien incapable de reconstruire quoi que ce soit. Il est vrai que sa mission minimale «en défense» n'est pas de comprendre ce qui s'est passé, mais d'empêcher que son entreprise ne soit condamnée, en démontant si nécessaire la thèse de l'accusation.

 

De toutes façons, il reste quand même une mission impossible dans ce procès, c'est de faire conincider TOUS les témoignages....

 

 

Sur la forme

 

C'est Me Forget (Mémoire et Solidarité, association d'ancien salariés d'AZF) qui a demandé l'exposé de M. van Shaendel.

Mes Soulez-Larivière, Monferran, Foreman, Forget, et DeCaunes ont questionné Van Shaendel et Belaval de façon encore une fois très harmonieuse. Alors que les 3 premiers font partie de la défense et les 2 derniers étant parties civiles devraient n'avoir rien à faire avec eux! Dans des styles différents, mais avec une complémentarité quasi parfaite, les 5 avocats ont griffé un peu M. Belaval, et un peu plus M. van Shaendel.

Suite à cet exposé de l'expert officiel, la défense était fondée à produire son témoin-expert , M.Domenech, qui taille en pièce M.van Shendel. Par une inadvertance fortuite malheureuse, les vraies parties civiles sont «oubliées» dans la diffusion de l'information ( avec véritable intention de nuire ? ). Elles ne peuvent rien répondre ou rien questionner puisque l'argumentation est très technique et nécessite une analyse d'un technicien. Elles sont donc muselées. Un genre «d'échec à la découverte» où le roi mis en échec, est nu. Et la «grève des questions» en rétorsion de Me Lévy au nom de (presque) toutes les parties civiles sonne plus comme un aveu d'impuissance devant une telle machination que comme une révolte.

Où l'on voit donc que Total fait de bien meilleures présentations sur l'analyse critique des experts que sur son système de gestion de la sécurité....

 

On l'avait sans doute un peu oublié mais c'est bien Total qu'on a en face. Avec un carnet de chèque qui lui permet de s'acheter tous les experts qu'il faut quand il le faut.

 

Et pas nous....

 

 

Alain.

Partager cet article

Repost 0
Published by PJCNina-CdP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PJCNina-CdP
  • Le blog de PJCNina-CdP
  • : Ce blog a été crée lors de l'ouverture du procès en 1ère instance, concernant l'explosion d'AZF, pour publier et commenter les résumés d'audience au fur et à mesure.
  • Contact

Recherche

Liens