Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 22:58

Thème de la journée : rapport des experts mandatés par le juge d’instruction pour étudier la piste chimique : le mélange DCCNA + NA peut-il exploser ?

 

En préambule de l'audience, retour sur « l’incident » du mercredi.

Lors de l’audition de M. Presle, ingénieur du CNRS de Poitiers chargé par Grande Paroisse de réaliser des essais de détonabilité sur des mélanges de produits, il est apparu qu’un rapport avait été diffusé très confidentiellement à la CEI en 2006, mais surtout pas à la justice. Ce rapport concluait à la détonabilité des nitrates en présence de produits chlorés et d’eau (ce que d’autres experts ont confirmé), et à la possibilité qu’une explosion résultant de ce mélange puisse détruire le muret de séparation du sas du hangar 221 et créer un « effet missile » sur le tas principal. Par conséquent, même si le tas de nitrates du sas n’était pas en contact direct avec le tas principal (ce que certains se sont évertués à déclarer ces dernières semaines, en dépit des premières dépositions faites auprès de la police judiciaire), la réaction chimique produite dans le sas pouvait quand même conduire à l’explosion du tas principal.

Se pose alors une double question : l’industriel souhaite-t-il vraiment la manifestation de la vérité, et n’a-t-il pas entravé le cours de la justice en ne divulguant pas ce rapport ? Ce même industriel ne persisterait-il pas dans une attitude de mise en danger d’autrui (salariés et riverains) en ne publiant pas des résultats d’essais qui conduiraient sans aucun doute à instaurer de nouveaux aménagements dans les bâtiments de stockage des nitrates d’ammonium ?

Le Président a donc demandé communication dudit rapport, et envisage de confronter M. Presle aux autres experts mandatés par l’industriel.

 

Les audiences de ce jeudi matin ont été consacrées à trois exposés de la part d’experts mandatés par le juge d’instruction.

Il en ressort que les connaissances en matière de chimie et de thermodynamique sur des produits tels que le trichlorure d’azote (NCL3) sont loin d’être parfaites. La bibliographie, l’accidentologie, les calculs mathématiques, ne donnent qu’une approche du problème. Les expérimentations menées par le laboratoire TNO confirment cependant le mécanisme réactionnel spontané du mélange nitrates + produits chlorés + eau, à température ambiante.

La thèse de l’accusation sur l’origine chimique de la catastrophe du 21 septembre s’ancre de plus en plus dans la réalité.

Reste aux chercheurs à poursuivre leurs travaux pour analyser ces mystérieux mécanismes de transformation de la matière.

Et admettons enfin que ce n’est pas parce que la maîtrise scientifique du sujet n’est pas parfaite, que cela n’a pas pu se produire…

 

Sophie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PJCNina-CdP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PJCNina-CdP
  • Le blog de PJCNina-CdP
  • : Ce blog a été crée lors de l'ouverture du procès en 1ère instance, concernant l'explosion d'AZF, pour publier et commenter les résumés d'audience au fur et à mesure.
  • Contact

Recherche

Liens