Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 20:44

Audience du mercredi 10 juin après-midi : Audition de T. Desmarest dans le cadre de la citation directe à comparaître.

 

 

Évidement, nous attendions cette journée depuis des mois, pour ne pas dire des années. Rappelons ici que M. Desmarest n’a jamais été entendu par le juge d’instruction. Son seul témoignage est celui livré à la commission d’enquête parlementaire en octobre 2001.

Après les civilités d’usage, compassion envers les victimes, soutien envers les salariés, M. Desmarest se lance dans sa déclaration liminaire. Tout au long de son intervention, il prendra soin de bien dissocier les rôles (pour ne pas dire responsabilités) de Grande Paroisse et de Total : à Grande Paroisse, l’obligation légale de remettre un rapport à la DRIRE à la suite de l’accident (et donc, d’enquêter sur les causes de la catastrophe), à Total de soutenir sa filiale pour financer toutes les expertises nécessaires, fournir les compétences internes du groupe, et indemniser « de manière satisfaisante » les victimes ; propriétaire à 80% de Grande Paroisse, Total a financé 100% des dommages par augmentation du capital : « Total a fait son devoir d’actionnaire ».

 M. Desmarest relate son parcours au sein du groupe Total, et s’attarde sur les conditions de la fusion avec les groupes Pétrofina (1998) et Elf (2000). Il précise bien qu’en tant que PDG d’un groupe, il n’a pas vocation à intervenir dans la gestion de chaque filiale. De fait, il ne comprend pas son statut de prévenu.

A une première série de questions sans grand intérêt, M. Desmarest répond dans le pur style polytechnicien : assurance, circonspection, évitement… selon les cas. On apprend tout de même que devant la commission d’enquête parlementaire « ce que j’ai dit, c’est pas moi. J’étais porte-parole du groupe. Cela ne correspond pas à la réalité » ! Et oui, explique-t-il, son intervention avait été préparée par ses collaborateurs… il n’y est donc pour rien !

 

En revanche, c’est bien M. Desmarest qui défendra devant la commission parlementaire l’intérêt de la méthode probabiliste d’évaluation des risques face à la méthode déterministe qui prévalait à cette époque. La loi Bachelot (juillet 2003) a malheureusement entériné ce principe : lorsque la probabilité d’un accident est très faible, il n’y a pas lieu d’en tenir compte dans les moyens à mettre en œuvre pour supprimer le risque ou protéger les populations. Quel progrès législatif après une catastrophe Totalement improbable !

Arrive ensuite ce qui sera perçu comme LE scoop de la journée : Me Cohen informe le tribunal qu’il ne plaidera pas sur la responsabilité pénale de M. Desmarest mais s’attachera à démontrer la responsabilité de la personne morale de Total. Évidement, les effets de manches impressionnent, mais toujours est-il que Me Cohen ne fait que se plier au code pénal qui, depuis la « loi Fauchon » distingue nettement les cas des personnes physiques de celui des personnes morales lorsqu’une faute indirecte est invoquée ; la personne physique est pour ainsi dire inattaquable dans ce cas.

D’autres avocats des parties civiles se succèdent à la barre. Les questions tournent autour de la « Charte Environnement – Sécurité », de la constitution de la CEI (Commission d’Enquête Interne), des (non)relations de cette commission d’enquête avec l’enquête judiciaire…. Et l’on apprend avec stupeur que M. Desmarest, si volontaire dans la constitution de cette CEI, prêt à lui accorder d’énormes moyens pour la recherche de la vérité, et bien, M. Desmarest n’a jamais pris connaissance de ses rapports d’étapes, n’a même jamais lu le rapport final des experts judiciaires… il n’en a retenu que les conclusions « on ne peut pas donner d’explication à l’explosion » et en éprouve de la frustration !

« Ca vous étonne, mais c’est comme ça ! ».

M. Desmarest comparaissait en tant que prévenu, et non en tant que témoin, ce qui le dispensait de la prestation de serment…

 Il n’en remercie pas moins le Président de l’avoir invité à cette « réunion » ; « cette audience » corrige ce dernier !

 

L’audience est suspendue à 16h10.

 

Sophie

Partager cet article

Repost 0
Published by PJCNina-CdP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PJCNina-CdP
  • Le blog de PJCNina-CdP
  • : Ce blog a été crée lors de l'ouverture du procès en 1ère instance, concernant l'explosion d'AZF, pour publier et commenter les résumés d'audience au fur et à mesure.
  • Contact

Recherche

Liens