Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 22:42

DOSSIER AZF : PLUS JAMAIS ÇA TOUJOURS EN LUTTE

 

 

Alors que s'annonce le rendu du jugement en appel d'AZF pour le 24 septembre, l'organisation citoyenne Plus Jamais Ça Ni ici ni ailleurs accueille à Toulouse les acteurs d'une coordination nationale des zones Seveso.

 

Ce séminaire de travail aura lieu les 22 et 23 septembre et fera une remise à plat de la loi Bachelot qui réglemente depuis 2003, suite à la catastrophe toulousaine, les conditions des plans de prévention des risques technologiques (PPRT). Jugée insuffisante et rétrograde par les associations de riverains de nombreux sites industriels en France, cette loi fait reposer sur la collectivité et les habitants le poids des renforcements de la protection des des riverains, alors que les exploitants des usines se voient offrir une législation dimensionnée à leur intérêt, sans obligation de réduire les risques à la source.

 

Seront présentes des délégations de plusieurs régions de la métropole, qui se joindront aux sinistrés le lundi 24 septembre à 14h pour assister au jugement de la cour d'appel au tribunal (Salle Jean Mermoz à Toulouse). Cette décision de justice fera école dans un sens comme dans un autre. Si la relaxe est prononcée, comme en première instance, cela réduira, de fait, les possibilités des riverains et salariés de voir déclarées responsables pénalement les personnes et les entreprises impliquées dans ce type de mise en danger délibérée.

 

Onze années après l’explosion, le jugement d’appel permettra peut-être de faire avancer le procès ouvert par des militants de PJCNina au tribunal administratif, lequel patiente avant de rendre son jugement.

 

La coordination nationale des PPRT refuse que les riverains assument, même partiellement, le coût et le choix des modes de renforcement et de protection de leur domicile. Les industriels doivent réduire les risques à la source, et si des expropriations doivent avoir lieu parce que les installations ne savent pas ou ne veulent pas réduire leur périmètre de danger, c’est aux industriels de payer, pas à la collectivité ni aux habitants.

Il est temps que les industriels de la chimie cessent de tout faire pour construire une législation dimensionnée à leur intérêt. Il est temps que les riverains trouvent leur légitime place dans un système qui les a toujours tenus pour roupie de sansonnet.

 

Précisons que le territoire français accueille 650 zones à haut risque et que , plus que jamais, le « Ni ici ni ailleurs » des revendications militantes prend toute sa signification, et revêt, à la fois, un caractère d'actualité et d'urgence.

 

 

Fait à Toulouse, le 13 septembre 2012

les membres de PJC Nina — Croix de Pierre

Partager cet article

Repost 0
Published by PJCNina-CdP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PJCNina-CdP
  • Le blog de PJCNina-CdP
  • : Ce blog a été crée lors de l'ouverture du procès en 1ère instance, concernant l'explosion d'AZF, pour publier et commenter les résumés d'audience au fur et à mesure.
  • Contact

Recherche

Liens