Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 11:54

Audience du mardi 15 novembre

Le tribunal examine aujourd'hui la place d'AZF dans le groupe Total et TH Desmarets est présent.

M Guilbaud ancien DRH du groupe Total explique les mesures exceptionnelles prises par Total dès le 1er jour "...un bilan assez impressionnant...2,5 milliards d'€ d'aides versées au final..." mais il oublie de dire que la catastrophe était aussi impressionnante et exceptionnelle par ses drames et ses dévastations !!!! Il explique la place de la chimie dans le nouveau groupe après la fusion Total Fina Elf et précise que la sécurité était d'un niveau 2 fois meilleure que dans l'industrie française... les syndicats ont un autre discours !!!! Mais il insiste aussi  sur le fait que la sécurité se traite au plus près du terrain par les Directeurs des groupes et que GP avait du fait de sa cotation en bourse une grande autonomie. Finalement il parle peu de Grande Paroisse. Il y a à l'évidence une stratégie pour dans le discours et la présentation découpler le groupe Total de sa filiale Grande Paroisse.

 

Les avocats des parties civiles très pugnaces ( à l'exception de Me Léguevaques toujours brouillon avec des questions mal préparées ) veulent se faire confirmer différents propos de M Biechelin tenus devant le comité d'établissement et repris dans les pv de ces comité: Total a demandé des économies de fonctionnement de 5 millions € à Grande Paroisse (GP) , l'activité fertilisant est le parent pauvre de l'activité chimique du groupe, on cherche à vendre GP. M Guilbaud s'évertue à ne pas répondre sauf par des généralités. Les avocats de la défense sentant le danger tentent de noyer ces questions .

 

Exemple: Me Topalov demande si la sous traitance et le manque de formation ne nuisent pas à la sécurité et à l'effectivité de la charte de sécurité du groupe promue le 1 janvier 2001, et s'étonne qu'il n'y ait au niveau de Total aucune vérification de l'application de cette charte laissée à la bonne volonté des directeurs opérationnels des filiales. M Guilbaud répond que l'analyse des statistiques des accidents au niveau du groupe Total est un moyen de contrôler (à noter qu'avant cette charte seuls les accidents des.employés du groupe étaient comptabilisés.)

 

A différentes questions posées sur les mesures prises après cette catastrophe, M Guilbaud et M Desmaret lors de son audition, répondent d'une même voix qu'en l'absence de compréhension de la cause de l'explosion les mesures sont difficiles à prendre !!!!!!!!!! ( on apprendra que le nombre important d'accidents mortels dans le groupe serait en partie lié à la prise en compte des accidents de circulation en Afrique lors du transport des produits!!!

 

A une question de Me Carrère sur la pleine et entière collaboration du groupe et de sa commission d'enquête interne (CEI) avec les autorités judiciaires M Guilbaud répond que c'était une collaboration transparente et complète ...le commissaire Saby ne partage pas cet avis !!! On est en plein dans les éléments de langage donnés par les conseillers juridiques du groupe

 

Après une intervention de Me Soulez pour tenter d'écarter les questions sur la CEI, c'est au tour de M Desmarets qui explique avec assurance et du haut de ses responsabilités dans le groupe le fonctionnement du groupe et sa stratégie en matière de chimie, il redit à la cour et à Me Bisseuil qui lui donnent lecture de différentes dépositions indiquant que l'on parlait de la vente des fertilisants et donc de Grande paroisse, que la fusion du groupe n'appelait pas de cession d'activité à son niveau. Il redit concernant les économies demandées par M Cornelis, vice président du comité exécutif de Total à Grande paroisse, qu'il n'a pas connaissance de ce fait...et bla bla bla et bla bla bla sur le groupe, une magnifique langue de bois, on communique mais on ne dit rien qui puisse être repris contre lui et Total. Me Veil avocat de Total lui pose alors, tout miel, quelques questions lui, permettant de s'éloigner de la catastrophe

 

Me Cornelis, directeur général de la branche chimie du groupe total, est appelé à la barre. Cité comme témoin par Me Bisseuil, il confirme des discussions sur la cession de GP qui " n'était pas dans la meilleure position pour son avenir dans le groupe Total". Mais il se défausse lui aussi en niant toute responsabilité dans le fonctionnement de Grande Paroisse.   La défense devait fournir la délégation de pouvoir d'Ato fina pour M Biechlin ,elle n'avait pas été retrouvée en 1ère instance !!!!!!!!!! ( : intervention de la défense : la pièce a été jointe au dossier en juin 2009, ; mais personne ne l’a vue) il ne se souvient pas d'être intervenu pour désigner un membre de la CEI,alors même que ce dernier a confirmé avoir été nommé par M Cornelis !!

 

Tous ces pv du comité d'établissement font un peu désordre dans la défense de TOTAL. Les avocats de Total et S Biechelin, dont les propos sont largement repris pour montrer la politique de désinvestissement de Total vis à vis de GP, tentent maladroitement de décrédibiliser ces pv et de leur nier tout caractère officiel.

 

M Besson, directeur général de GP et président de l'association européenne des fertilisants, raconte sa venue sur le site dès le 1er jour avec l'état major de Total. Me Bisseuil lui demande son avis sur sa signature d'un contrat de sous traitance avec la société TMG pour stocker des nitrates souillés dans le 221, alors que l'arrêté préfectoral ne l'autorisait pas. Aucune réponse

 

M Grasset, représentant de GP, vient évoquer les difficultés de la production des engrais face à une concurrence sévère. La cour lui demande pourquoi on fait visiter l'usine à des repreneurs, alors que tous les intervenants précédents disent n'avoir jamais voulu la vendre !!! Réponse oiseuse et passe d'arme avec Me Bisseuil sur le discours commun utilisé par les représentants du groupe pour expliquer que Total Elf fina n'intervenait pas dans la politique menée par GP et ne nommait pas les cadres . A une question de la cour sur la délégation donnée par Ato fina à SB, M Grasset répond que c'est parce que Ato fina était propriétaire des lieux

 

Le témoignage fort d'A Cassé : Armand Cassé dernier secrétaire du comité d'établissement de GP est appelé à la barre, cité comme témoin par Me Bisseuil, il parle. Il veut bien défendre la société mais pas n'importe quelle société. Il précise que le comité s'inquiétait de la sous traitance, que les employés de TGM s'étaient mis en grève et que le CHSCT était tenu dans l'ignorance des formations sécurité. Puis en réponse au nitrate souillé dans le 221, M Cassé répond que la dernière benne arrivée au 221 venait du 335, alors qu'il n'y aurait pas du y avoir dans ce 335 des déchets. Concernant la position semble t-il unanime des salariés par rapport à l'explosion,à savoir ce n'est pas un accident interne, lui A Cassé répond que c'est plus compliqué : à l'origine de l'assoc des anciens avec M Mignard, il explique que maintenant, il penche pour l'accident interne.

Enfin à une question sur la CEI il répond que dès le dimanche après midi la commission a auditionné le conducteur de la benne , M Fauré, " et vous ne me ferez croire qu'ils ne sont pas allés vérifier le contenu de la benne !!!" Me Courrégé tente de savoir si M Fauré de la socité surca n'avait pas un différent salarial avec sa socièté pour toujours mettre en doute ce témoin ,A Cassé répond qu'il n'y avait pas de problème M Fauré étant le seul salarié. Concernant M Biechelin il cite Voltaire : "je respecterai ce que vs direz même si je ne suis pas d'accord avec vous"

S Biechelin entendu de nouveau redit que l'usine n'était pas à l'abandon et redit sa méfiance vis à vis des pv du CE.... même s'il les a signés!!!!!!!!!!.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PJCNina-CdP
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PJCNina-CdP
  • Le blog de PJCNina-CdP
  • : Ce blog a été crée lors de l'ouverture du procès en 1ère instance, concernant l'explosion d'AZF, pour publier et commenter les résumés d'audience au fur et à mesure.
  • Contact

Recherche

Liens